Dans quels quartiers acheter à Lyon ?

Publié le 11 juin 2018

Le charme des rues de la vieille ville, la vue dégagée sur le Rhône ou encore la richesse gastronomique… autant de raisons qui peuvent vous pousser à vouloir acheter un appartement à Lyon. Pour y habiter ou pour réaliser un investissement locatif, nous vous aidons à sélectionner les meilleurs quartiers dans lesquels acheter un appartement à Lyon.

06_Comment-choisir-un-bon-courtier-en-credit-immobilier-720.jpgLes quartiers centraux de Lyon, les valeurs sûres

Avec plus de 3 millions d’habitants dans son agglomération, la ville de Lyon fait partie des villes les plus attractives en Europe, et est fréquemment citée au palmarès mondial des villes où il fait bon vivre. Outre son caractère historique, la ville peut compter sur un dynamisme économique réel, et une forte implantation d’entreprises étrangères.

Des pentes de la Croix-Rousse en passant par l’Hôtel de ville et jusqu’à la Confluence, c’est la presqu’île de Lyon qui concentre certains des bâtiments les plus beaux, et en toute logique les appartements les plus recherchés de la ville. Ainsi, quatre arrondissements dans l’hyper centre de Lyon comptent parmi les plus recherchés, et constituent les vraies valeurs sûres sur lesquelles le pari d’investir comporte un risque limité. Ces arrondissements sont le Ie, le IIe, le IVe et le VIe.

La force du Ie et du IIe réside dans la grande densité de boutiques, de cafés et autres restaurants. Ainsi, depuis la place Bellecour et jusqu’à la place des Terreaux, en passant par la rue de la République, vous trouverez les appartements les plus prisés de Lyon, mais aussi les plus chers. Ici, le plafond symbolique de 1 000 € / m² a déjà été dépassé depuis longtemps. Il faut plutôt compter de 3 000 à plus de 5 000 € / m² selon le prestige de l’adresse. Mais une chose est sûre, à la location comme à la vente, les biens changent de mains très rapidement. Il n’est pas rare de voir certains appartements changer de propriétaire en quelques heures seulement, sans même qu’une annonce ne soit diffusée par Internet ou dans les publications spécialisées.

À l’extrémité sud de la presqu’île (toujours dans le IIe), c’est le quartier de la Confluence qui a émergé au tournant des années 2010. Là, alors que le décor était encore largement industriel et que les grandes halles marchandes dominaient il y a plusieurs décennies, des programmes de construction sortent de terre à la chaîne. Oui, mais avec du style. Citons notamment le programme réalisé par Jean Nouvel, et l’ensemble d’appartements situés dans la marina, face au centre commercial de Confluence. Si le cœur commercial de Lyon reste la Part-Dieu (voir ci-après), Confluence est en lice pour détrôner ce statut, et se positionne comme véritable quartier alternatif, chic et branché. Les prix sont aussi spectaculaires, avec certains appartements dont le montant dépasse 7 000 € / m².

La Croix-Rousse (IVe), dont les pentes se terminent à proximité de la mairie (et du Ie arrondissement minuscule de 151 hectares), est un quartier historiquement recherché pour sa tranquillité et son esprit de village. Les prix y sont plus doux. Ce haut-lieu artistique est recherché par les jeunes mais aussi les « bobos » qui font vivre cette « colline qui crie », formule qui montre bien l’esprit festif de ce petit bout de terre qui vous fera faire de l’exercice ! Ça grimpe, ça grimpe.

La Part-Dieu, le Vieux-Lyon : moins centraux mais très recherchés

La Part-Dieu, voilà un autre quartier dont l’attractivité ne se dément pas. Ce constat est valable pour tout le VIe arrondissement, qui bénéficie de l’attractivité du centre commercial, de sa gare, mais aussi du parc de la Tête-d’Or, véritable poumon de l’agglomération lyonnaise. C’est aussi dans ce quartier que l’on trouve les meilleures écoles, un argument de poids lorsqu’il s’agit de convaincre des couples avec enfants de s’installer.

Les prix seront sensiblement les mêmes que sur la presqu’ile. Un peu de prestige en moins peut-être, mais certains appartements à proximité de l’ancienne gare des Brotteaux sont sublimes. Les grands boulevards rendent la circulation bien plus fluide que sur la presqu’île, ce qui n’est pas à négliger.

Terminons ce tour d’horizon des quartiers parallèles à l’hypercentre avec une mention du Vieux Lyon. Les rues pavées, les bâtiments de couleur et les cours intérieures desservies par des traboules (petits passages qui relient deux rues) font du Vieux Lyon un secteur très recherché. Le nombre de biens disponibles y est toutefois très limité, il ne faudra pas hésiter si le moindre studio se libère si votre objectif est d’investir dans ce quartier.

Attention à l’accessibilité réduite. Pas de grandes artères mais des rues piétonnes, et un stationnement chaotique. Pour qui veut vivre à Lyon sans voiture, et dans un quartier riche culturellement et historiquement, c’est là que ça se passe.

Les nouveaux quartiers et leurs appartements neufs

Vaise, Gerland ou encore la Duchère, autant de quartiers qui, il y a quelques années, n’attiraient pas la lumière des investisseurs. Et pourtant ! Grâce à du foncier disponible et à des efforts menés par la municipalité, ces anciennes zones industrielles ou résidentielles dominées par des barres d’immeubles se réinventent désormais en quartiers d’avenir pour accueillir les habitants qui continuent de faire grossir la métropole. A Vaise, au nord-ouest de la ville, à Gerland, au sud, ou encore à la Duchère (la troisième colline de Lyon avec vue sur la Saône), l’attractivité est réelle, et les programmes de logements séduisants se multiplient.

Il est possible ici de trouver un bon investissement dans l’ancien, mais ce sont les biens neufs qui doivent attirer votre regard, notamment grâce aux avantages fiscaux qu’ils procurent. En effet, vous pouvez profiter de certains dispositifs d’investissement afin de réduire vos impôts tout en achetant votre appartement à Lyon. Vous pourrez trouver dans ces quartiers des biens avec un prix de 4 000 € / m². Il est même possible d’y trouver des maisons, chose impossible sur la presqu’île et dans les quartiers à l’est de Lyon, dominés par les appartements.

Au nord de Gerland, le VIIe arrondissement n’est pas à proprement parler un « nouveau quartier », mais les nombreux travaux qui y sont effectués lui donnent un nouveau visage. Là, on trouve de nombreuses universités et grandes écoles, mais aussi des entreprises qui y installent leurs bureaux. Un fort dynamisme qui a poussé les promoteurs à y implanter des programmes neufs. Ainsi, l’ancien et le neuf se côtoient, et la demande y est très forte.

Monemprunt offre une solution gratuite en ligne que vous pouvez essayer ici