Aides personnalisées au logement (APL)

L’aide personnalisée au logement est une aide financière et sociale permettant aux locataires, aux résidents des foyers et aux propriétaires primo-accédants de réduire le montant de leur loyer ou mensualité d’emprunt. L’obtention d’APL — appelées aussi « allocations logement » — est conditionnée aux ressources des demandeurs, à la composition de leur foyer et à la situation géographique du logement.

Des APL pour devenir propriétaire

Les APL accompagnent et soutiennent l’accession à la propriété. En effet, les futurs propriétaires — à condition qu’ils soient primo-accédants et acheteurs de leur résidence principale — peuvent, s’ils bénéficient d’un prêt conventionné ou d’un prêt d’accès à la propriété, prétendre aux APL. Voir notre article sur les prêts aidés.

Les critères d’attribution des APL

L’aide personnalisée au logement est attribuée sous différentes conditions, liées au demandeur et liées au logement. Elle est aussi plafonnée.

Conditions de ressources pour prétendre aux APL

  • Selon les ressources de demandeur et des membres de son foyer
  • Selon la composition du foyer
  • Selon la situation professionnelle de demandeur et des membres de son foyer

Conditions de logement pour ouvrir droit à une aide

  • Selon la zone géographique de l’achat
  • Pour une résidence principale en France
  • Pour un logement aux normes de décence

Savoir si vous êtes éligible aux APL

Les simulateurs de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) ou de la MSA (Mutualité Sociale Agricole), suivant l’organisme dont vous êtes tributaire, permettent, en quelques clics, de savoir si vous êtes éligible aux APL et, si oui, d’avoir une estimation du montant de l’aide.

Comment sont calculés les APL ?

2020 devait marquer un tournant dans le calcul des APL, qui prend en compte, aujourd’hui encore, la situation du demandeur l’avant-dernière année avant la demande (deux ans avant). Une réforme programmée pour début 2020 devait prendre en considération les revenus de l’année précédente, mais son entrée en vigueur a été décalée, suite à l’épidémie de coronavirus. L’ancien mode de calcul reste de mise, dans l’attente d’une évolution imminente.