Loi logement : Le prêt à taux zéro déjà révisé

La semaine dernière, le gouvernement à annoncer son projet de loi logement avec la reconduite de la Loi Pinel et du Prêt à Taux Zéro pour 4 ans. Cependant, les critères pour en bénéficier ont été modifié, notamment sur les zones géographiques B2 et C, qui sont totalement supprimées.


Dès vendredi 6 octobre au salon « 24 heures du bâtiment », le Président de la République a laissé entendre, suite aux revendications des professionnels de l’immobilier et des maires de petites communes sur ces nouveaux critères, que les zones B2 et C ne seraient plus exclues du Prêt à Taux Zéro. Ces zones représentent les lieux avec moins de 50 000 habitants avec une demande de logement faible comparé aux zones dites « tendues » (Grandes agglomérations).

 

APL.jpg


En revanche, si les zones B2 et C sont gardées, le PTZ reste moins avantageux qu’aujourd’hui avec un plafond qui passe de 40% à 20% maximum du montant total de l‘achat. Pour les zones A et B, le pourcentage reste à 40%.

Voici une estimation réalisée avec notre outil d’estimation de prêt.


Par exemple, pour l’achat d’une maison en Zone C au prix de 190 000€ avec un revenu fiscal de 30 000€ et un apport de 19 000€, vous avez le droit à 56 000€ avec le PTZ jusqu’au 31 décembre 2017. Une fois le projet de loi mis en place, avec les mêmes données, vous aurez le droit à 38 000€* avec le PTZ. 

*Le pourcentage appliqué est de 20%, qui est le plafond maximum du PTZ dans la zone C à partir du 1 janvier 2018.


Malgré un pourcentage divisé par 2, les primo accédants peuvent donc continuer à jouir du Prêt à Taux Zéro dans les zones rurales de moins de 50 000 habitants. De quoi profiter des week-ends en dehors des grandes villes, au calme, dans son jardin !


Faites-vous aussi votre simulation en quelques clics ici

Profile picture for user Emmanuel Frattini
Ecrit par
Le

Partager

Les articles qui pourraient vous intéresser

Emprunter en 2020
Faut-il se lancer et acheter malgré le climat immobilier incertain ? La réponse est « oui », mais à condition de bien négocier son emprunt ! Lorsque cela n’a pas été le cas, c’est un parcours du combattant qui attend les primo-accédants. Et le contexte actuel ne facilite pas les choses…
Marché immobilieret covid-19

Le confinement a mis une pause à la frénésie immobilière observée depuis plusieurs années. Avec un nombre de transactions gelé ou presque pendant deux mois, le marché s’est depuis relevé. Il a même connu un véritable rebond. Un phénomène passager avant un crack ou un dégonflement de la bulle ?

Trouvez le meilleur prêt